Le parfum de Séville

La vue est un drôle de sens. C'est probablement le plus sollicité, mais c'est aussi celui qui s'émousse le plus vite. Passez une dizaine de fois au même endroit et les détails du décor commencent à s'estomper; passez une centaine de fois et il faudra le regard neuf d'un visiteur pour attirer votre attention sur un détail que vous ne voyiez plus.
De Séville (Andalousie), je ne garde que le premier regard et pourtant quand je repense à cette ville, ce ne sont pas des images qui reviennent à ma mémoire, mais un parfum, celui des orangers en fleur. Dans les jardins publics, à l'intérieur des patios et sur les trottoirs, ils sont omniprésents, embaumant l'atmosphère et se délestant de leurs oranges dans les plate-bandes.


Pour un habitant des pays nordiques qui paye si cher ses oranges, le spectacle de ces fruits moisissant au pied des arbres pourrait presque être choquant. Heureusement, il ne s'agit pas d'oranges douces (Citrus sinensis), mais plutôt d'oranges amères, ou oranges de Séville, fruits du bigaradier (Citrus aurantium). Comme leur nom l'indique, mise à part la marmelade dont elles sont l'ingrédient traditionnel, on ne peut pas en faire grand chose. Ce n'est pas le cas des fleurs dont on tire l'essence de néroli et l'eau de fleur d'oranger très utilisées en parfumerie et dans l'alimentation .   

Un 27 novembre à Longueuil

Ici, c'est déjà l'hiver, les mangeoires sont installées au grand bonheur des oiseaux du Boisé du Tremblay.

Femelle de Roselin familier
Mâle de Roselin familier

Un 21 avril dans le Parc naturel de "Las Sierras Subbeticas"

Sur la route de Grenade à Séville, nous nous sommes volontairement perdus sur les petites routes de campagne jusqu'à arriver à Zuheros, un de ces magnifiques villages blancs d'Andalousie. Si l'errance était un moyen, le but était quand même de trouver un point de départ pour marcher à travers le karst du parc naturel des "Sierras Subbeticas".
À Zuheros, nous avons finalement trouvé un sentier qui remontait le cours d'un torrent, le rio Bailon. Il nous restait peu de temps; nous sommes donc partis légers: une paire de jumelles, un en-cas et une gourde. 

Zuheros
Canyon du rio Bailon
Karst de la cordillère subbétique

Trop léger malheureusement, car nous avons rapidement rencontré des plantes qui nous ont fait regretter de ne pas avoir transporté un moyen de les identifier. Parmi les plus spectaculaires, il y en avait une facile à rattacher à la famille des orchidées et deux autres totalement inconnues. Frustré, je me suis juré, une fois de plus, qu'on ne m'y reprendrait plus et plus tard, trop tard pour une bonne identification, j'ai appris que l'une d'elle était un asphodèle. L'autre, par contre, me restera inconnue; à moins que vous ne l'ayez déjà rencontrée, elle ou un membre de sa famille.

Ophrys jaune
Asphodèle
Inconnue

Le coût de l'olive


Avec une production moyenne d'environ 5.5 millions de tonnes par an, l'Espagne est le premier fournisseur mondial d'olives (FAO), loin devant l'Italie et la Grèce. De tels chiffres laissent forcément une trace dans l'environnement, et en Andalousie, première région productrice d'olives espagnoles, l'impact de cette culture saute aux yeux. Il suffit de parcourir la route entre Grenade et Séville pour constater la suprématie de l'olivier. La succession monotone des oliveraies avec leur terre mise à nue anéantit tout effort d'imagination de ce qu'a pu être le paysage originel de cette région. Au-delà de l'érosion des sols, il faut ajouter l'épuisement des nappes phréatiques par l'irrigation et la pollution par les fertilisants et les traitements phytosanitaires, inhérents à cette culture intensive.
Et pourtant, en bordure des champs, la résistance des messicoles s'organise, menée par les vipérines, les chardons et les coquelicots.

Papaver rhoeas
Echium sp
Scolymus hispanicus

Cercis silicastrum

Que seraient les vieilles villes d'Andalousie sans l'arbre de Judée ?


Un 18 avril autour de la lagune de Fuente de piedra

Située à 400 mètres au dessus du niveau de la mer et isolée de la Méditerranée par 50 kilomètres de cordillère bétique, la lagune de Fuente de piedra, la plus grande d'Andalousie, est en réalité un grand lac salé qui recueille les eaux de ruissellement d'un bassin d'un peu plus de 150 km2. Ce bassin a la propriété d'être endorhéique, c'est-à-dire que ses eaux ne peuvent s'échapper que par évaporation.
À Fuente de piedra, malgré la dimension respectable de l'étendue d'eau (6,5 km de long sur 2,5 de large, pour une profondeur de seulement 50 centimètres), les 470 millimètres de précipitations annuelles ne suffisent pas à compenser l'évaporation estivale et les 1300 hectares du lac disparaissent entre le mois de juillet et les premières pluies d'automne.


Aussi improbables que paraissent les conditions de vie en raison de l'absence d'eau ou de sa salinité fluctuant entre 9 et 220 grammes par litre (à titre d'exemple, celle de l'eau de mer est d'environ 35 g/l), cet écosystème abrite la plus grande colonie de flamants roses d'Espagne et la deuxième d'Europe. Les quelques 12000 échassiers y trouvent suffisamment de zooplancton pour nourrir leur progéniture jusqu'à l'assèchement du lac. Aussi, quand on le visite en avril et que l'on constate la diversité de la faune, notamment aquatique, on a peine à imaginer que le paysage puisse se transformer au point de ne laisser voir qu'une croûte de sel.

Lapin de Garenne
Émyde lépreuse

Un 18 avril au sommet du "Torcal de Antequera"

À 5 km au sud de la petite ville andalouse d'Antequera, se trouve un des plus beaux massifs karstiques d'Europe. Le Torcal, avec ses 1300 mètres d'altitude fait partie de la cordillère bétique qui longe la Méditerranée au sud de l'Espagne et se prolonge en Afrique du Nord par delà le détroit de Gibraltar.
Vu d'en bas, le Torcal d'Antequera ressemble à n'importe quelle autre montagne. La beauté fascinante de ce karst, produit par l'action dissolvante de l'eau sur les roches calcaires, se révèle au fur et à mesure que l'on accède au plateau sommital. On découvre alors un labyrinthe de canyons creusés dans la pâleur grisâtre d'une roche empilée en strates, dont l'horizontalité et la régularité ont quelque chose de surnaturel. Quelques végétaux s'acharnent à conquérir ce monde minéral, mais leur maigreur témoigne de la difficulté de la tâche et ne fait que souligner l'hostilité des lieux à l'égard du vivant.
Et pourtant, de la vie il y en a, et depuis longtemps comme en témoignent les fossiles d'ammonites incrustés dans le calcaire. À ce jour, on a recensé 116 espèces de vertébrés et 664 espèces de plantes. Certaines sont endémiques et si rares qu'une partie de la montagne, déjà instituée patrimoine mondial de l'UNESCO pour ses particularités géologiques, est protégée par son statut de réserve naturelle.



L'histoire du Torcal commence au Jurassique, il y a 200 millions d'années, lorsque la Pangée se sépare en deux masses continentales: Laurasia au nord (qui donnera naissance à l'Europe et à l'Amérique du Nord), et Gondwana au sud (qui se séparera en Amérique du Sud, Afrique, Inde, Australie et Antarctique). Les deux nouveaux continents sont alors séparées par l'embryon de l'océan Atlantique et la partie occidentale de l'immense océan Téthys, ancêtre de la mer Méditerranée. Pendant les 175 millions d'années suivants, les sédiments vont s'accumuler au fond de cet océan sur plusieurs milliers de mètres d'épaisseur. Au miocène, il y a environ 25 millions d'années, la dérive de la plaque africaine vers la plaque européenne, qui se poursuit encore aujourd'hui, provoque la fermeture de Téthys, ainsi que le plissement et l'émergence de son plancher océanique sous la forme de la cordillère bétique et des Alpes.

Extrait de : Pezzi Manuel. Le Torcal d'Antequera (Andalousie) : un karst structural retouché par le périglaciaire. Méditerranée, deuxième série, tome 21, 2-1975. pp. 23-37

Dans cet ensemble, le Torcal n'est autre que le sommet d'un anticlinal (un pli en forme de dome, par opposition au synclinal en forme de cuvette), ce qui explique l'horizontalité presque parfaite des strates. L'eau de ruissellement s'est ensuite infiltrée dans les failles créées par la tension des roches au cours du plissement et a dissout les calcaires pour former ce relief si spectaculaire.

Un 17 avril à Antequera

Pena de los enamorados

Au cœur des cordillères bétiques, au sud de l'Espagne, un géant s'est endormi à proximité de la petite ville d'Antequera. Né de de la rencontre entre l'Afrique et l'Europe, il y a 23 millions d'années, son profil calcaire attire l'attention des êtres humains qui passent par là depuis au moins 5000 ans.
C'est justement en montant au dolmen de Menga pour honorer la mémoire de nos ancêtres que  nous avons trouvé une tombe fleurie d'orchidées papillons et de chrysanthèmes couronnés.

Dolmen de Menga
Dolmen de Menga
Dolmen de Menga
Orchis papillon
Chrysanthèmes couronnés et Vipérines