Un 22 octobre à Longueuil

Les bruants fauves et à gorge blanche prolongent leur escale et sont rejoints par les bruants à couronne blanche. Toute cette agitation intrigue Doug la tourterelle, qui préfère prendre un peu de recul. Daisy, sa compagne, ne s'est pas encore montrée.

Bruant fauve
Bruant à gorge blanche
Bruant à couronne blanche
Tourterelle triste

Un 21 octobre à Longueuil

Hivernants, migrateurs et indécis s'étaient donnés rendez-vous autour du bassin: Cardinal rouge, Junco ardoisé, Bruant fauve, Bruant à gorge blanche, Bruant chanteur, Merle d'amérique, Chardonneret jaune, Roselin familier, Paruline à croupion jaune, Pic mineur, Geai bleu et Moineau domestique

Cardinal rouge et Merle d'Amérique
Bruant fauve
Bruant chanteur

Criquet birayé

Ce participant à la biodiversité du jardin est amateur de houblon.

Melanoplus bivittatus

Un 21 août dans les battures de Kamouraska

La batture est ce paysage côtier qu'en dehors du Québec on appelle l'estran. Son caractère lunatique en fait un milieu riche et complexe qui alterne au gré des marées entre milieu marin et vasière, puis devient pré salé, schorre ou herbu, plus en amont de la rive.
Endiguée et transformée en terre agricole par les colons européens, elle est aujourd'hui beaucoup moins étendue qu'à l'origine, mais n'en reste pas moins le support et le refuge d'une faune et d'une flore unique.

Batture de Kamouraska
Depuis le sommet des monadnocks, on distingue facilement la ligne de démarcation entre les champs et la batture, soulignée par l'alignement de quelques arbres.
Batture
La vasière dévoilée par le retrait des eaux du Fleuve à marée basse.
Aboiteau
L'aboiteau est le nom donné à la digue qui sépare la batture (à gauche) des champs (à droite). Constituée de pieux de bois et de la terre d'excavation des fossés de drainage, elle a longtemps été négligée, mais connaît depuis quelques années un regain d'intérêt sous la forme d'un chemin de randonnée.
Chevaliers
La batture est le paradis des limicoles qui attendent la marée basse pour aller fouiller la vase à la recherche de petits invertébrés. Longs becs et échasses; ils ont tout ce qu'il faut pour réussir.

Herbu
Plus haut, c'est le domaine des plantes qui savent absorber l'eau en dépit du sel qu'elle contient. Un vrai défi qui leur a valu le qualificatif d'halophiles.
Limonium de Caroline
Verge d'or toujours verteSpergulaire du Canada

Il y a aussi des opportunistes qui, d'une manière différente de nous, profitent du paysage.
Canard noir
Paruline à croupion jaune