Goyavier

Goyavier
Goyavier

Un morceau de Peaux

Tipuana tipu

Tipuana tipu
Tipuana tipu

Un morceau de Peaux

Les colibris font le plein

Les colibris à gorge rubis du jardin se relaient de plus en plus fréquemment à l'abreuvoir et dans les fleurs du jardin. C'est le signe qu'il va falloir penser à se dire au revoir et à forcer un peu le taux de sucre du sirop; le voyage est long jusqu'à l'Amérique Centrale. 
Selon l'almanach du jardin tenu scrupuleusement par ma blonde, la probabilité de leur départ vers le sud augmente à partir du 20 août pour culminer autour du 5 septembre. De toute façon, ce n'est qu'après avoir constaté leur absence pendant une semaine que nous savons vraiment s'ils sont partis. Dans les jours suivants, nous continuons à observer sporadiquement des résidents du nord, bien contents de pouvoir se ravitailler avant de poursuivre leur route.

Un 12 août autour du lac Boivin

Situé à Granby en Montérégie, le lac Boivin est un lac artificiel créé en 1815 par la construction, sur la rivière Yamaska, du premier d'une série de barrages destinés à alimenter les industries locales: des tanneries et des moulins à scie, à farine, à fouler et à carder la laine. Paradoxalement, la transformation du paysage en a fait une Zone d'importance pour la conservation des oiseaux (ZICO).
Pour en faire le tour, on peut emprunter des sentiers accessibles au prix de 5 $ par personne. L'organisme responsable de la protection du site justifie ce droit d'entrée par l'entretien des sentiers et d'autres bonnes actions. Si c'est pour une bonne cause...

Scutellaire à feuilles d'épilobe
Prêles
Fougère
Canard branchu
Renouée sagittée

Avec un G comme dans Lyciet,

Mais Goji est probablement plus vendeur.
J'en ai trouvé chez un pépiniériste, qui m'a assuré que cela passait l'hiver. On verra bien; les plants de Lycium barbarum ont rejoint la section Solanacées de mon jardin de simples.

Lyciet commun

Le retour du desmocère

Desmocère à manteau

La dernière fois que j'ai observé le desmocère à manteau dans le jardin, c'était en 2012 et je n'avais pu me résoudre à m'en débarrasser. J'aurais peut-être dû, car les années suivantes, le sureau en a beaucoup souffert.
Finalement, il a surmonté l'épreuve et, cette année, il est magnifique. Je ne suis malheureusement pas le seul à l'avoir remarqué et le sureau aura une raison de m'en vouloir, puisque j'ai encore épargné l'insecte.