Du pavot à la morphine

L'usage du pavot somnifère (Papaver somniferum) se perd dans la nuit des temps. Il y a 5000 à 6000 ans, les Assyriens et les Sumériens extrayaient déjà son latex qu'ils appelaient "gil" (joie) et que nous connaissons aujourd'hui sous le nom d'opium. 1500 ans avant notre ère, les Égyptiens utilisaient ses propriétés analgésiques et somnifères pour soigner les maux de tête et calmer les enfants. Les Grecs et les Romains, quant à eux, le considéraient à la fois comme un remède et comme un poison. À partir du VIème siècle de notre ère, les arabes étendirent sa culture à travers leur empire. Objet de commerce, il fut introduit en Inde au IXème siècle, puis en Chine au XIème.

Pavot oriental Le genre Papaver regroupe une centaine d'espèces de pavots parmi lesquels le coquelicot (Papaver rhoeas), le pavot oriental (Papaver orientale) utilisé comme plante ornementale et le pavot somnifère cultivé pour l'opium.
Typiques, les fleurs de pavot comportent 2 ou 4 sépales caducs, quatre (parfois 6) pétales libres et chiffonnés dans le bouton avant leur éclosion, de nombreuses étamines et un pistil de forme conique dont la surface est divisée en cadrans par les stigmates. Après fécondation, le pistil se transforme en une capsule qui, à maturité, laisse échapper de très nombreuses petites graines.
Toutes les plantes de la famille des papavéracées produisent du latex, un liquide épais et opaque, blanc ou coloré. Différent de la sève, il contient de nombreuses substances actives, en particulier des alcaloïdes utilisés par la plante pour se défendre et par l'homme pour se soigner ou se divertir.
Coquelicot

En Europe occidentale, il faut attendre le XVIème siècle pour que l'usage thérapeutique de l'opium soit popularisé par le médecin suisse Paracelse sous la forme d'une préparation appelée laudanum. Au XVIIème siècle, Thomas Sydenham, un médecin anglais, simplifie la formulation pour en faire une teinture composée de 100 g de poudre d'opium, de 50 g de safran et de 920 g d'alcool à 30 %. Il l'utilise avec succès au cours des épidémies de dysenterie, qui sévissent à cette époque. Dès lors, le laudanum est adoptée par le corps médical, d'abord en Europe puis rapidement en Amérique.

L'opium est une pâte ou une poudre (selon son degré de déshydratation) obtenue en incisant les capsules de pavot lorsqu'elles commencent à mûrir et en laissant sécher le latex qui en exsude. Une capsule fournit environ 20 à 50 mg d'opium brut. Il est composé d'eau (5 à 20 %), de glucides (environ 20 %), d'acides organiques et d'alcaloïdes (10 à 20 %). À ce jour, on a identifié une quarantaine d'alcaloïdes, parmi lesquels la morphine (8 à 17 % des alcaloïdes), la codéïne (0,7 à 5 %), la thébaïne (0,1 à 2,5 %), la papavérine (0,5 à 1,5 %) et la noscapine (1 à 10 %).
Morphine
par NEUROtiker, via Wikimedia Commons
Il sera couramment prescrit jusqu'au milieu du XIXème siècle pour soulager les douleurs, notamment rhumatismales, l'insomnie, différents troubles nerveux (dépression, psychose et autres), la toux (tuberculose, bronchite) et les diarrhées sévères (choléra, dysenterie). En France, il ne sera retiré de la pharmacopée officielle qu'en 1976.

En 1803, le pharmacien et chimiste français Jean-François Derosne identifie un premier alcaloïde de l'opium, la noscapine. Trois ans plus tard, le pharmacien allemand Friedrich Sertürner, isole la morphine et décrit son effet narcotique. Dans les années qui suivent, on découvre la codéïne (1833), la thébaïne et la papavérine (1848). La première hémisynthèse (synthèse chimique à partir d'une molécule naturelle) est réalisée en 1874 par Alder Wright.

Quelques opioïdes utilisés en médecine
Naturels
Hémisynthétiques
Synthétiques
Codéïne
Morphine (Statex®)
Buprénorphine
Désomorphine
Héroïne
Hydrocodone
Hydromorphone (Dilaudid®)
Métopon
Naloxone
Oxycodone
Oxymorphone
Alfentanil
Dextropropoxyphène
Fentanyl
Méthadone
Péthidine
Sufentanil
Tapentadol
Tilidine
Tramadol
En créant la diacétylmorhine, mieux connue sous le nom d'héroïne, le pharmacien londonien espérait débarrasser la molécule naturelle de ses propriétés addictives; ce fut un échec.
Depuis, la famille des opioïdes s'est enrichie de nombreuses molécules hémisynthétiques (produites principalement à partir de la thébaïne) et synthétiques. Et, bien que l'on sache produire la morphine par synthèse totale depuis 1952, il est toujours plus rentable de l'extraire du pavot somnifère. En 2013, les plus grands producteurs de pavot étaient l'Australie, la France et l'Espagne.


Principaux alcaloïdes naturels et leurs propriétés
Espèces
Propriétés
Principaux alcaloïdes
Pavot somnifère
(P. somniferum)
Analgésique, Antitussif, Euphorisant, Hypnotique, Sédatif, Spasmolytique Codéïne, Morphine, Noscapine (Narcotine), Papavérine, Thébaïne
Coquelicot
(P. rhoeas)
Analgésique, Antitussif, SédatifIsorhoeadine, Rhoeadine, Rhoeagénine
Pavot de Californie
(Eschscholtzia californica)
Analgésique, Anxiolytique, Hypnotique, Sédatif Californidine, Eschscholtzine, Protopine



Aucun commentaire: