Le boisé du Tremblay est mort...

Vive le parc municipal du Tremblay !
Ce qui était un lieu délaissé par l'agriculture et renaturalisé, ce qui était un espace à soustraire à la convoitise des promoteurs immobiliers, ce qui était un réservoir à moustique pour les riverains, une "dump" pour les jardiniers du dimanche et une mosaïque de milieux naturels (marais, boisé, prairie) à préserver pour les naturalistes, ce qui était une "jungle" inhospitalière pour le banlieusard et un havre de paix pour les "sauvages", est finalement devenu un parc municipal où joggeurs, cyclistes et promeneurs de chiens pourront bientôt venir satisfaire leur instinct grégaire.
Le boisé en demandait-il autant ? Pas sûr.
Mais qu'on se rassure, d'après le communiqué de presse, tout cet abattage d'arbres, ce défrichage, ce tracé d'avenues, cet apport de toile géotextile et de tonnes de gravier, ce coulage de béton, cette installation de bancs publics et de passerelles monumentales en bois traité, tout cela a été fait dans le respect de l'environnement.
Apparemment, tout le monde n'a pas la même conception de l'écologie. Longueuil n'est pas Nature Action Québec et force est de constater que les moyens des uns (environ 2 millions de dollars canadiens) ne font pas aussi bien que la volonté des autres (voir Boisé du Tremblay dans la liste des sujets ci-contre). 

Boisé du Tremblay
Boisé du Tremblay
Boisé du Tremblay
Boisé du Tremblay
Boisé du Tremblay
Boisé du Tremblay
Boisé du Tremblay
Boisé du Tremblay
Boisé du Tremblay
Boisé du Tremblay
Boisé du Tremblay
Boisé du Tremblay
Boisé du Tremblay
Boisé du Tremblay