Véronique

Photo de H. Brisse [GFDL or CC-BY-SA-3.0], via Wikimedia Commons
Veronica officinalis (Scrophulariacées) est aussi appelée Véronique officinale, Herbe aux ladres, Véronique mâle ou Thé d'Europe.
La véronique est une petite plante rampante et vivace originaire des régions tempérées froides d’Eurasie et naturalisée en Amérique du Nord, notamment au Québec. Elle forme des tapis dans les endroits ensoleillés. Les feuilles sont duveteuses.
On utilise toute la plante, qui est digestive, expectorante, stomachique et vulnéraire.
Parmi les principes actifs de la véronique, on trouve :
  • Des iridoïdes : l’aucubine, le catalpol, le véronicoside, le verproside et le ladroside.
  • Des flavonoïdes dont l’apigénine et la scutellarine.
  • Des tanins.
Contre l'œdème, les troubles digestifs, l'insuffisance biliaire, les crampes d'estomac, l'aérophagie, l’asthme, la toux, la bronchite, le rhume et la trachéite.
  • Infusion de 1 à 2 g dans 150 ml d’eau, 1 à 3 fois par jour.
  • Teinture de plante hachée fraîche (1:5 vin blanc) à raison de 5 ml avant chaque repas.
Contre les maladies de peau chroniques (eczéma, prurit), le muguet, les aphtes et l'angine.
  • Compresse ou bain de bouche avec une décoction (5 minutes) de 80 g de plante entière par litre d’eau ; on peut ajouter 20 g de pensée sauvage.
La véronique est tombée en désuétude, et il n’existe pas d’étude clinique et toxicologique (à ma connaissance) permettant de valider ses usages et son innocuité.



Aucun commentaire:

Avertissement

Tout le contenu de ce blog est du matériel original à l'exception de quelques illustrations. Dans ce cas, les sources sont citées et les auteurs ont été contactés, dans la mesure du possible.
Par respect pour les photographes et les auteurs qui essaient de vivre de leur art, les textes et les illustrations ne peuvent pas être utilisées sans en faire la demande à cette adresse.