Souci

Photo de Ernst Schütte
[GFDL or CC-BY-SA-3.0], via Wikimedia Commons
Calendula officinalis (Astéracées) est aussi appelée Souci officinal ou Souci des jardins.
Le souci est probablement originaire du sud de l’Europe, mais il est cultivé et a été propagé depuis tellement longtemps qu’il est difficile d’en situer l’origine exacte. On le fait pousser aujourd’hui dans toutes les régions tempérées du monde. Plante vivace à courte durée de vie, il est généralement cultivé comme une annuelle.
On utilise les fleurs récoltées dès leur éclosion, qui sont anti-inflammatoires, antiseptiques, antispasmodiques, cicatrisantes, emménagogues, hémostatiques, immunostimulantes et sudorifiques.
Parmi les principes actifs du souci, on trouve :
  • Des flavonoïdes (0,8 %) parmi lesquels l’isorhamnétine, la quercétine et leurs glucosides.
  • Les polysaccharides PS-I, PS-II et PS–III (15 %).
  • Des terpènes incluant des alcools libres ou estérifiés (α-amyrine, β-amyrine, lupéol, longispinogénine, arnidiol, bréïne, calenduladiol, érythrodiol, faradiol, hélantriol A1, B0, B1 and B2, lupéol, maniladiol, ursadiol) et des saponines (calendulosides C–H).
  • Une huile essentielle (0,3 %) composée entre autres de cadinol, de menthone, d’isomenthone, de caryophyllène, d’ α-ionone et de β-ionone.
  • Des caroténoïdes (4,7 %).
  • La calenduline.
Contre les douleurs hépatiques et biliaire, la lithiase biliaire, les douleurs menstruelles (dysménorrhée), les règles irrégulières (aménorrhée), la ménopause, les infections et les inflammations gastro-intestinales (gastrite, proctite), les spasmes gastro-intestinaux, l'ulcère gastroduodénal, l'épistaxis, les varices, les ulcères variqueux, les hémorroïdes, le lymphœdème, la fièvre et la goutte.
  • Infusion de 1 à 4 g dans 150 ml d’eau, 3 fois par jour.
  • Teinture (1:5 éthanol à 90 %) à raison de 0,3 à 1,2 ml, 3 fois par jour.
  • Extrait liquide (1:1 éthanol à 40 %) à raison de 0,5 à 1 ml, 3 fois par jour.
Contre les inflammations de la peau et des muqueuses de la bouche et de la gorge, les plaies qui guérissent mal, les ulcères variqueux, les brûlures, les ecchymoses, les engelures, les infections de la peau (impétigo), les abcès, l'eczéma, les croûtes de lait, les cors, les durillons, les verrues, la conjonctivite et les douleurs rhumatismales.
  • Compresse avec une infusion de 25 g par litre d’eau ou avec la teinture diluée dans l'eau (1:3).
  • Cataplasme de feuilles fraîches.
  • Lotion avec une décoction (5 minutes) de 100 g par litre d’eau.
  • Bain de bouche ou gargarisme avec l'infusion ou avec 2 à 4 ml de teinture dilués dans 250 ml d'eau.
  • Huile, crème ou onguent avec 2 à 5 % de souci.
Il est recommandé de faire un usage modéré du souci par voie interne; pas plus d'une semaine sur une base quotidienne et attendre six semaines avant d'en reprendre. Les femmes enceintes et celles qui allaitent ne devraient pas l'utiliser.



Aucun commentaire:

Related Posts with Thumbnails