Menthe poivrée

Mentha x piperita (Lamiacées) est aussi appelée Menthe anglaise. M. spicata, la menthe verte, et M. aquatica, la menthe aquatique, ont des propriétés similaires.
La menthe poivrée est un hybride entre M. spicata et M. aquatica. Elle est cultivée en Europe, en Asie et en Amérique du Nord pour la production de menthol.
On utilise les parties aériennes, qui sont analgésiques, antispasmodiques, antiseptiques, carminatives, cholagogues, digestives et relaxantes.
Parmi les principes actifs de la menthe poivrée, on trouve :
  • Une huile essentielle (environ 1,5 %) dont les principaux constituants sont : le menthol (30 à 55%), la menthone (14-32%), la pulégone (environ 4%) et la carvone (1 %). Les proportions de chaque constituant varient selon les espèces.
Contre le syndrome du côlon irritable, la dyspepsie, la colique, l'ulcère gastroduodénal, la constipation, les flatulences, la gastrite, l'entérite, la nausée, les infections gastro-intestinales, les troubles hépatobiliaires (ictère), la mauvaise haleine, la céphalée, les vertiges, les tremblements, l'inflammation des voies respiratoires (sinusite, bronchite, laryngite), la toux, le rhume, le coryza et la coqueluche.
  • Infusion de 1 à 3g dans 150 ml d’eau, 3 à 4 fois par jour, entre les repas ou comme digestif.
  • Huile essentielle à raison de 0,1 à 0,2 ml (2 à 4 gouttes), 3 fois par jour.
  • Extrait liquide (1:1 éthanol à 45 %) à raison de 2 à 4 ml, 3 fois par jour.
  • Teinture (1:5 éthanol à 45 %) à raison de 2 à 3 ml, 3 fois par jour.
  • Capsule entérosolubles contenant 0,2 à 0,4 ml d’huile essentielle, 3 fois par jour (syndrome de l’intestin irritable).
Contre le mal de tête, les infections respiratoires, l'inflammation et la congestion des voies respiratoires (sinusite, bronchite), la toux, la coqueluche, l'asthme, l'inflammation de la muqueuse buccale, les douleurs rhumatismales et musculaires, les névralgies, les spasmes musculaires (crampes), les démangeaisons, les piqûres d'insectes, l'eczéma, l'urticaire, et l'herpès labial.
  • Cataplasme de feuilles écrasées sur les piqûres d'insectes.
  • Huile (1:12 à froid, 1x1 mois) à appliquer sur la région à traiter.
  • Inhalation des vapeurs d'une décoction de 50 g par litre d’eau ou de 3à 4 gouttes d’huile essentielle dans de l'eau très chaude.
  • Onguent contenant de 1 à 10 % d'huile essentielle.
  • Friction de la poitrine, au besoin, avec une des préparations mentionnées ci-dessous (troubles des voies respiratoires).
  • Massage du front et des tempes avec une des préparations mentionnées ci-dessous, au besoin  (mal de tête).
  • Friction avec l'une de ces préparations: (1) 2 ou 3 gouttes d'huile essentielle pure ou diluée dans de l'eau tiède, (2) huile végétale, crème ou onguent contenant de 5 à 15 % d'huile essentielle, (3) teinture contenant de 5 à 20 % d'huile essentielle (démangeaisons, douleurs rhumatismales, névralgiques ou musculaires).
L'huile essentielle de menthe ne devrait pas être utilisée chez les enfants de moins de 8 ans en raison de ces effets neurotoxiques. Appliquée près des voies respiratoires (nez, bouche) des enfants de moins de 6 ans, elle peut déclencher des spasmes du larynx ou des bronches et provoquer un étouffement. En l’absence de données toxicologiques, elle est déconseillée pour les femmes enceintes ou qui allaitent. L’usage interne de l’huile essentielle peut exacerber les symptômes des personnes souffrant de reflux gastro-œsophagien ou de hernie hiatale; il convient alors d’interrompre son utilisation. Son application sur la peau peut provoquer des réactions allergiques. À doses élevées, l’huile essentielle de menthe poivrée peut provoquer la nausée, la diarrhée, des convulsions, de l’arythmie, l’ataxie, de la confusion et une perte de conscience.



Aucun commentaire:

Related Posts with Thumbnails