Marronnier d'Inde

Image: Tom Curtis / FreeDigitalPhotos.net
Aesculus hippocastanum (Hippocastanacées) est aussi appelée Marronnier blanc, Marronnier commun, Marronnier faux châtaignier ou Châtaignier de cheval.
Le marronnier est un arbre à feuilles caduques qui peut atteindre une quarantaine de mètre de hauteur. Originaire de la région des Balkans, il a été planté dans toutes les régions tempérées du monde comme arbre ornemental.
On utilise les graines (marrons) et l'écorce, qui sont anti-inflammatoires, antioedémateuses, astringentes et veinotoniques.
Parmi les principes actifs du marronnier d'inde, on trouve:
  • Des saponines (3 à 10 % de la graine), regroupées sous l’appellation d'aescine ou d'escine et auxquelles on attribue les effets du marronnier.
  • Des coumarines, dont l'esculine (toxique), l’esculétine, la fraxine et la scopoline.
  • Des flavonoïdes parmi lesquels l’astragaline, l’isoquercétrine, la rutine et la leucocyanidine.
  • Des tanins. Ils contribuent aux effets du marronnier.
Contre l'insuffisance veineuse (douleur, enflure et lourdeur dans les jambes, varices, hémorroïdes, phlébite), les contusions, les entorses, la diarrhée, la fièvre et l'hypertrophie de la prostate.
  • Graines séchées à raison de 0,2 à 1 g, 2 fois par jour.
  • Écorce pulvérisée à raison de 275 mg, 3 à 6 fois par jour.
  • Décoction de 0,3 à 06, g de graines dans 150 ml d’eau, 2 fois par jour.
  • Extrait normalisé à raison de 50 à 100 mg d'escine par jour, en plusieurs fois. Certains extraits sont standardisés pour contenir 16 à 28 % d’escine (suivre les recommandations du fabricant).
Contre l'insuffisance veineuse (enflure et lourdeur dans les jambes, varices, hémorroïdes, séquelles de phlébite, couperose), les ecchymoses, les entorses, les plaies infectées et la varicocèle.
  • Compresse avec une décoction (5 minutes) de 40 g de marrons broyés par litre d’eau.
  • Compresse avec une décoction de 8 g d’écorce par litre d’eau.
  • Onguent ou pommade contenant 1 % d’escine ou 20 % d’une teinture (1 :5 éthanol à 50 %) à raison de 1 à 3 applications par jour.
Toutes les parties de l’arbre sont toxiques et il ne faut pas utiliser le marronnier par voie interne pour l’automédication (les doses ci-dessus sont indiquées à titre informatif). Il est important d’utiliser des extraits commerciaux dépourvus d’esculine, car cette substance contenue dans les graines, les feuilles, les fleurs et l'écorce est toxique. L'empoisonnement se traduit par des nausées, des vomissements, une diarrhée, une salivation importante, des céphalées, des convulsions et un arrêt cardio-respiratoire. Par ailleurs, l'usage du marronnier d'Inde par voie interne est contre-indiqué aux personnes souffrant de problèmes rénaux ou hépatiques. Le traitement peut prendre 4 semaines à faire effet.



Aucun commentaire:

Avertissement

Tout le contenu de ce blog est du matériel original à l'exception de quelques illustrations. Dans ce cas, les sources sont citées et les auteurs ont été contactés, dans la mesure du possible.
Par respect pour les photographes et les auteurs qui essaient de vivre de leur art, les textes et les illustrations ne peuvent pas être utilisées sans en faire la demande à cette adresse.