Lin

Linum usitatissimum (Linacées) est aussi appelée Lin usuel ou Lin cultivé.
Le lin cultivé est une plante annuelle originaire d’Eurasie, qui a été propagée dans de nombreux pays. Bien qu’on le trouve parfois à l’état sauvage dans les friches, les terrains vagues et le bord des chemins, il s’agit de plantes échappées de culture. Le lin produit des fleurs bleues à cinq pétales portées à l’extrémité des ramifications d’une tige grêle, mais relativement rigide.
Le lin était cultivé au Moyen-Orient, il y a 7000 ans au moins. On utilisait ses fibres pour la confection des textiles et des cordages et ses graines pour produire de la farine et de l’huile.
On utilise les graines, qui sont adoucissantes, anti-inflammatoires, digestives, laxatives et oestrogéniques.
Parmi les principes actifs du lin, on trouve :
  • Des acides gras insaturés (30 à 40 % de la graine) dont l’acide linolénique (35 à 50 %), un oméga 3, et l’acide linoléïque (environ 25 %), un oméga 6.
  • Du mucilage (6 %).
  • Des protéines (25 %).
  • Le sécoisolaricirésinol, un lignane dégradé par la flore intestinale en entérodiol et en entérolactone, qui sont deux phytoestrogènes.
  • La linamaroside, un glucoside cyanogène.
Contre l'hypercholestérolémie, les troubles de la ménopause, l'ostéoporose, la constipation, le syndrome du côlon irritable, les inflammations du tube digestif (colite, gastrite, entérite), la dysenterie, la cystite, la blennorragie, la colique néphrétique, les pneumonies et la toux.
Pour prévenir les cancers hormonodépendants (prostate, sein, utérus, ovaire)
  • Graines moulues ou entières à raison de 5 à 15 g dans 150 ml d’eau, de lait ou de jus de fruit, 2 à 3 fois par jour. La quantité de liquide peut être supérieure, car l’important est de bien s’hydrater pour éviter le blocage du tube digestif.
  • Infusion de 3 g de graines dans 150 ml d’eau, 3 à 4 fois par jour.
  • Infusion de 6 g de graines et de 2 g de réglisse dans 150 ml d’eau, 2 fois  par jour.
Contre les dermatoses (eczéma, anthrax), les plaies, les ulcères, les contusions, les dartres, le prurit, les inflammations de la peau, les furoncles, les abcès, la bronchite, la nervosité, les douleurs musculaires et articulaires, les névrites.
  • Cataplasme chaud avec les graines broyées.
  • Compresse avec une infusion de 50 g par litre d’eau.
  • Lotion avec une décoction (2 minutes) de 50 g de graines par litre d’eau.
  • Bain avec 1 litre de la décoction ajouté à l'eau du bain (nervosité).
Les graines se conservent assez bien, mais une fois moulues, elles rancissent rapidement. On peut les garder au réfrigérateur, mais pas plus d'une semaine. Il ne faut jamais prendre de farine ou de graines de lin sans les avoir fait préalablement trempées dans de l’eau sous peine de bloquer le tube digestif. Les gens souffrant de diverticulose doivent faire preuve d’une grande prudence et commencer par de toutes petites quantités de farine finement moulue et tamisée. Les graines de lin sont contre-indiquées en cas d'occlusion intestinale, de paralysie intestinale ou de toute autre condition empêchant le transit intestinal. Si la constipation persiste plus de 3 jours, il faut consulter un médecin. Le lin peut interférer avec l’absorption de certains médicaments et devrait être pris 2 heures avant ou après ces derniers. Le lin est déconseillé aux femmes enceintes, aux enfants de moins de 12 ans et aux personnes qui prennent des médicaments ralentissant le transit intestinal (morphine et dérivés, par exemple). La consommation de lin peut diminuer l’absorption de glucose et nécessiter un ajustement des traitements hypoglycémiants.



Aucun commentaire:

Related Posts with Thumbnails