Benoîte

Photo de Tigerente 
Licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.
Geum urbanum (Rosacées) est aussi appelée Benoîte commune, Benoîte des villes, Herbe à la fièvre ou Herbe de Saint-Benoît. Geum rivale, appelée Benoîte des ruisseaux, a des propriétés similaires.
La benoîte commune est une plante eurasienne à fleurs jaunes, qui préfère les sous-bois. Les fleurs de la benoîte des ruisseaux sont pourpre foncé. Comme son nom le laisse entendre, elle préfère les lieux humides en particulier des régions froides et en altitude ; elle est présente au Québec. 
On utilise les parties aériennes et le rhizome, qui sont antibiotiques, antidiarrhéiques, anti-inflammatoires, astringents, fébrifuges, stomachiques et toniques.
Parmi les principes actifs de la benoîte, on trouve :
  • La géine, un glucoside d’eugénol présent dans la racine.
Contre les infections des muqueuses, la fièvre, l'intoxication alimentaire, le mal d'estomac, les flatulences, la diarrhée et la colite ulcéreuse.
  • Parties aériennes séchées à raison de 1 à 4 g, 3 fois par jour.
  • Racine séchée à raison de 1 à 4 g, 3 fois par jour.
  • Infusion de 1 à 4 g de parties aériennes dans 150 ml d’eau, 2 à 3 fois  par jour, en dehors des repas.
  • Décoction (1 minute) de 1 à 2 g de racine dans 150 ml d’eau, 2 fois par jour.
  • Extrait liquide (1:1 éthanol à 25 %) à raison de 1 à 4 ml, 3 fois par jour.
  • Teinture obtenue en mélangeant 50 g de racine, 30 g de racine d'angélique, 30 g de racine de potentille, 50 g de raisin de Corinthe dans un litre d'alcool fort, à raison de 25 ml avant chaque repas (atonie gastrique) ou une heure après les repas (digestion lente, flatulences); sert aussi de tonique (convalescence, fatigue).
Contre les manifestations allergiques cutanées (eczéma).
  • Compresses avec une décoction de 2 plantes dans 150 ml d'eau.
Il n'existe aucune donnée toxicologique.



    Aucun commentaire:

    Related Posts with Thumbnails