Au bonheur de la banlieue

En ce jour de scies circulaires, de taille-haies, de sableuses, de tondeuses et autres sources d'irritation à moteur, je vous présente l'instrument du bonheur, promesse d'un avenir meilleur: ma tondeuse.


Elle est indestructible; je l'ai depuis plus de 10 ans et elle me survivra probablement. Elle ne réclame aucun entretien à part peut-être un petit coup de lime pour affûter les lames tous les 10 ans. Elle n'a besoin d'aucune source d'énergie, mais j'ai quand même remarqué qu'elle fonctionnait mieux après l'apéro. Elle ne fait aucun bruit et je peux la passer à 2 heures du matin sans réveiller la marmotte qui dort sous mon cabanon. Elle sent bon l'herbe coupée et n'émet aucun de ces gaz nauséabonds et délétères qui vont transformer le Mont-Royal en station balnéaire. Elle est sécuritaire car elle ne fonctionne que lorsque mes mains et mes pieds sont loin derrière elle. Enfin, elle ne ramasse pas l'herbe coupée qui se décompose tranquillement en apportant plein d'éléments nutritifs à la faune et à la flore qui peuplent le jardin.

Aucun commentaire:

Avertissement

Tout le contenu de ce blog est du matériel original à l'exception de quelques illustrations. Dans ce cas, les sources sont citées et les auteurs ont été contactés, dans la mesure du possible.
Par respect pour les photographes et les auteurs qui essaient de vivre de leur art, les textes et les illustrations ne peuvent pas être utilisées sans en faire la demande à cette adresse.