Parc national du Mont Orford


Est-ce à cause de ses 300 et quelques sites de camping, de ses deux plages ou de sa proximité avec le centre économique de l'Estrie (probablement les trois à la fois), toujours est-il que je n'étais jamais allé me promener dans le parc du Mont Orford.
Mais l'attrait de la découverte étant plus fort que ma misanthropie, cette lacune a été comblée récemment, non sans avoir soigneusement choisi le moment, c'est-à-dire en semaine et par une météo à décourager la plus aventurière des familles.


Grand bien nous en a pris, car le lieu nous a offert quelques observations exceptionnelles, de celles qu'on espère sans trop y croire. Nous aurions pu nous contenter du spectacle des chélydres serpentines qui jalonnaient la route menant au parc, mais à peine arrivés sur le site de campement, nous avons eu la chance d'observer une gélinotte huppée, nous signifiant que nous n'étions pas les bienvenus et que la cohabitation ne serait possible que si nous nous faisions discrets. "Message reçu fort et clair, nous n'empièterons pas sur votre territoire !" Je ne sais pas si vous entendrez sur la vidéo de mauvaise qualité qui suit, le tambourinement sourd produit par le battement des ailes, mais ce son que l'on entend fréquemment en forêt au printemps est émis par les mâles pour attirer les femelles et revendiquer leur territoire. 


À la tombée de la nuit, une marche d'exploration des alentours nous a ensuite conduit à un barrage de castors où se produisaient rainettes versicolores et autres anoures. Malheureusement pour nous, toutes les places du concert avaient été réservées par des moustiques et nous avons rebroussé chemin sans nous faire prier.


Le soir même, alors que nous avions monté notre propre spectacle de feu de bois, une chouette rayée probablement inspirée par la magie du moment vint nous conter une histoire à faire peur. Si nous ne l'avions pas déjà entendue, elle aurait certainement produit son effet. Évidemment, comme les paroles portent loin dans les montagnes, d'autres ont voulu raconté leur propre version et la chicane a fini par pogner. La discussion s'est poursuivie tard dans la nuit mais nous nous sommes endormis avant d'en connaître l'issue.


Le lendemain, après avoir déjeuné avec la gélinotte, nous sommes partis en randonnée jusqu'au Mont Chauve. Sur le chemin, les têtes des pics, grand et maculés, sortaient de leur fenêtre pour nous regarder passer. La tête en l'air, occupé à les saluer, je n'avais pas vu ce qui allait être le clou de la visite. C'est ma blonde, au bord de l'apoplexie, qui a attiré mon attention sur un chicot au bord du chemin où trônait nul autre que Actias luna, le papillon lune. Celui-là, je ne pensais pas le voir un jour (ni même une nuit), car il ne vole qu'entre 1 et 3 heures du matin, après avoir senti les phéromones qu'une femelle a émise un peu plus tôt dans la nuit . Moi, à cette heure-là,  je dors depuis longtemps.


Je vous passe les détails des nombreuses plantes rencontrées sur le chemin et du cerf de Virginie qui se prenait pour un orignal. Tout ce que je peux dire, c'est qu'une fois de plus je ne regrette pas d'avoir cédé à ma curiosité

Lychnide fleur de coucou
Vératre vert
Vératre vert

Aucun commentaire:

Avertissement

Tout le contenu de ce blog est du matériel original à l'exception de quelques illustrations. Dans ce cas, les sources sont citées et les auteurs ont été contactés, dans la mesure du possible.
Par respect pour les photographes et les auteurs qui essaient de vivre de leur art, les textes et les illustrations ne peuvent pas être utilisées sans en faire la demande à cette adresse.