Ni oie, ni canard

Les oies, les canards et les dendrocygnes appartiennent à la grande famille des anatidés et chaque groupe est rangé soigneusement dans une sous-famille distincte. Dans le cas des canards (les anatinés) et des oies (les ansérinés), la différence saute aux yeux et il ne viendrait à personne l'idée de prendre une oie pour un canard ou vice-versa. En revanche, pour le dendrocygne, rien ne le distingue à première vue d'un canard. Pourtant, d'un point de vue génétique, il en est aussi différent que de l'oie. 
Il existe 8 ou 9 espèces de dendrocygnes dans le monde. La neuvième, le dendrocygne à dos blanc (Thalassornis leuconotus) qui vit à Madagascar et dans le sud-est de l'Afrique, ne fait pas encore l'unanimité quant à son appartenance au reste de la sous-famille. Pour les autres, on trouve le Dendrocygne d'Eyton (Dendrocygna eytoni) en Australie, le dendrocygne à lunules (D. arcuata) en Australie et dans le sud-est de l'Asie, le Dendrocygne tacheté (D. guttata) en Australie et dans le sud-est de l'Asie, le dendrocygne siffleur (D. javanica) en Asie du Sud-Est et en Inde, le dendrocygne veuf (D. viduata) en Afrique et en Amérique du Sud, le Dendrocygne fauve (D. bicolor) dans le sud de l'Asie, en Afrique et en Amérique du Sud, le dendrocygne des Antilles (D. arborea) aux Antilles et le dendrocygne à ventre noir (D. autumnalis) en Amérique, du sud jusqu'aux États-Unis, et ici, juste après le point.


Aucun commentaire:

Avertissement

Tout le contenu de ce blog est du matériel original à l'exception de quelques illustrations. Dans ce cas, les sources sont citées et les auteurs ont été contactés, dans la mesure du possible.
Par respect pour les photographes et les auteurs qui essaient de vivre de leur art, les textes et les illustrations ne peuvent pas être utilisées sans en faire la demande à cette adresse.