Pélicans d'Amérique

Les pélicans sont de drôles d'oiseaux avec leur énorme bec affublé d'une poche de peau extensible. Contrairement à ce que l'on entend parfois, ils ne s'en servent pas pour stocker le poisson mais plutôt pour l'attraper, à la manière d'une épuisette. En plongeant leur bec ouvert dans l'eau, la pression distend la peau et les deux os flexibles de la mandibule inférieure auxquels elle est attachée, s'écartent pour augmenter le volume. Pour préserver l'élasticité de cette poche, les pélicans ont l'habitude de l'étirer en basculant la tête en arrière.
Lorsque vient le temps des amours, ils l'utilisent aussi comme argument de séduction en la gonflant d'air. Et, au cas où la poche ne suffirait pas à convaincre, le pélican d'Amérique se laisse pousser une excroissance sur la mandibule supérieure (individus au premier plan de la photo).


On ne compte pas plus de huit espèces de pélicans dans le monde dont deux en Amérique du Nord: le pélican d'Amérique (Pelecanus erythrorhynchos) qui est blanc et le pélican brun (Pelecanus occidentalis), qui hésite entre le brun et le gris. Toutefois, leurs différences ne s'arrêtent pas à la couleur.
Ainsi, le pélican brun est un oiseau marin. Il vit sur la côte est de l'Amérique, de la Caroline du Nord au Vénézuéla et sur la côte ouest, de la Colombie Britannique au nord du Chili. Le pélican d'Amérique, quant à lui, est un marin d'eau douce. Il passe l'été sur les lacs du centre des États-Unis et du Canada, puis l'hiver en Amérique du Sud. Son aire de distribution s'étend de plus en plus vers l'est du Canada et, dans quelques années, il pourrait bien faire son entrée au Québec. On commence d'ailleurs à en voir de temps en temps sur le Saint-Laurent à la hauteur de Montréal, au printemps ou en été; peut-être un égaré ou un éclaireur.


Autre différence, le pélican brun pêche en plongeant sur sa proie après l'avoir repérée des airs, alors que les Pélicans d'Amérique pêchent à partir de la surface. Ils forment un demi-cercle et rabattent les poissons vers un haut-fond où il leur suffit de les ramasser.



Les pélicans sont de gros oiseaux à l'allure peu aérodynamique. Pourtant, ce sont des planeurs exceptionnels. Il faut les voir raser la crête des vagues en formation serrée, sans un battement d'ailes. J'ai passé de longs moments à les regarder tracer la ligne d'horizon des mers du sud; jamais je ne les ai vu trébucher.

Aucun commentaire:

Avertissement

Tout le contenu de ce blog est du matériel original à l'exception de quelques illustrations. Dans ce cas, les sources sont citées et les auteurs ont été contactés, dans la mesure du possible.
Par respect pour les photographes et les auteurs qui essaient de vivre de leur art, les textes et les illustrations ne peuvent pas être utilisées sans en faire la demande à cette adresse.