Airelle en corymbe, Vaccinium corymbosum, High Blueberry


Si, en vous promenant dans un bois humide, vous trouvez des bleuets au dessus de votre-tête, ne soyez pas surpris. Les bleuets géants poussent sur des arbustes qui peuvent atteindre 3 m de hauteur. Ils sont très cultivés aux États-Unis où on aime les choses disproportionnées.  
      


Culicidés

Celui qui aimerait se familiariser avec les diptères piqueurs et mordeurs du Québec devrait aller camper dans les Laurentides en ce moment. De la mouche noire (ou brûlot) au moustique (ou maringouin) en passant par le taon (ou mouche à chevreuil), toutes les espèces y sont représentées.
Les moustiques par exemple, que serions nous sans eux ? Probablement plus heureux, car mine de rien, il sont l'un des plus importants vecteurs de maladies, en particulier de zoonoses (maladies qui se transmettent de l'animal à l'homme). Selon les latitudes, en une piqûre, ils vous inoculent un plasmodium (responsable de 250 à 500 millions de cas de malaria par an), une filaire ou un virus qui vous rendra malade de la dengue, de la fièvre jaune, de la fièvre de la vallée du Rift, de la fièvre du Nil occidental, du chikungunya ou d'une quelconque encéphalite. Si vous avez la chance de vivre loin de ces maladies - ce qui n'est pas notre cas au Québec où déjà 2 décès de la fièvre du Nil occidental ont été enregistrés -  vous vous gratterez de toute façon pendant des heures.


Seule les femelles du moustique piquent; tout le monde le sait. Se dire qu'elles le font pour une bonne cause,   comme assurer le développement de leurs œufs grâce aux protéines que contient le sang, n'apporte pas un grand soulagement. Difficile de les éviter, elles vous reniflent à 30 mètres. C'est le gaz carbonique émis par votre respiration et votre transpiration qu'elles détectent en premier, puis viennent certains acides de votre sueur. D'autres paramètres aident à cerner la cible: la chaleur (très pratique pour trouver une veine) et la couleur (les moustiques femelles adorent le noir).
Ces dames ne piquent pas n'importe qui à n'importe quelle heure. Certaines espèces - il y en a 3 523 dans le monde, réparties en 44 genres - préfèrent les mammifères, d'autres les oiseaux, les reptiles, les batraciens, ou même d'autres insectes. Certaines sont anthropophiles (un amour qui n'est pas réciproque), d'autres beaucoup plus généralistes. Enfin, selon les espèces, elles piquent la nuit, le jour ou au crépuscule.  
Sachant tout cela, la question qui pourrait venir à l'esprit des plus curieux est: "Mais de quoi se nourrissent les mâles ?". Avant de vous livrer la réponse, sachez que plusieurs générations d'entomologistes ont été sacrifiés sur l'autel de la science pour mettre à jour ce secret. Passant des heures à essayer de déterminer le sexe du moustique, puis à le suivre, un beau jour, l'un d'entre eux émergea du bois, exsangue mais le sourire de la découverte et du travail accompli aux lèvres: "Les mâles, comme les femelles d'ailleurs, se nourrissent du nectar des fleurs."  "Ah ben !" firent ses collègues peu enclins à la reconnaissance des grandes découvertes. La science est un milieu compétitif, peu fortuné et où il reste de moins en moins de choses à découvrir, mais ce sont les plus importantes. Aussi la découverte d'un autre risque-t-elle de vous priver des moyens d'avoir vous aussi votre instant de gloire.
Pour en savoir un peu plus sur le virus du Nil occidental, je vous renvoie à un article que j'avais écris en 2005 pour le magazine Québec Oiseaux et à l'article de wikipedia. Dans nos contrées, la transmission à l'humain se fait surtout par l'espèce Culex pipiens, une espèce généraliste qui piquent tous les animaux à sang chaud. Peut-être avez-vous déjà développé une immunité contre le virus, car dans 80 % des cas, l'infection passe inaperçue. Le virus est très vite repéré et détruit par un système immunitaire en santé qui préviendra une autre infection en fabriquant des anticorps spécifiques. Si vous n'êtes pas chanceux ou plutôt que votre système immunitaire est affaibli par une maladie, des médicaments ou l'âge, alors l'infection pourrait se traduire par un syndrome grippal et dans quelques cas rares, une encéphalite pouvant avoir de graves conséquences. Pour parer à cette éventualité, mieux vaut s'asperger de répulsif. 

        

Telle est prise qui croyait prendre


Si cela ne vous ennuie pas, je me contenterais de dire que la proie est une araignée et que le chasseur est un hyménoptère, un ordre qui regroupe les abeilles, les bourdons, les guêpes, les fourmis et un paquet d'autres familles d'insectes. En me forçant un peu, je pourrais aller jusqu'à dire qu'il appartient au sous-ordre des apocrites - ça écarterait les mouches-à-scie et les sirex - et pourquoi pas à la superfamille des Ichneumonoïdes; ce qui réduirait le choix à quelques milliers d'espèces en Amérique du Nord, mais augmenterait énormément le risque d'erreur. 
De toute façon, ça ne l'empêchera pas de pondre ses œufs dans sa proie et de laisser ses larves la dévorer.
"Mais c'est dégueulasse", s'indigne le lecteur.
"Pas plus que de manger de la viande enveloppée dans un film plastique et de la mousse de polystyrène" lui répondrai-je.        

Beau et intelligent à la fois

Contrairement à ce qu'en pense le grand Jacques, c'est possible...


...et même souhaitable. En ces temps difficiles pour les butineurs, ce genre de condo est à reproduire partout, dans la mesure de ses moyens, même petits. Au lieu de couper les vieux troncs, faites des trous. Des petits trous, des gros trous, qu'elle que soit leur classe, faites les avec une légère pente pour éviter le remplissage par l'eau de pluie.  

Comment lui dire ?


By USGS [Public domain], via Wikimedia Commons
Un dimanche à Longueuil, il est 14:00 heures et il pleut, juste assez pour constater que l'intelligence est une ressource aussi mal partagée que l'eau.


Développement durable

L'expression a de multiples sens. Pour un grand nombre de municipalités québécoises, cela signifie abattre des arbres pour construire des bungalows, puis des centres commerciaux, puis des stationnements, puis des arénas, etc... Longueuil n'échappe pas à la règle. 
Pour durer au poste de maire, il y a deux conditions essentielles à remplir: (1) satisfaire les entreprises qui contribuent à votre parti ou vous menacent d'aller s'installer ailleurs si vous ne leur accordez pas ce qu'elles demandent et (2) faire valider votre position en demandant aux citoyens ce que, dans un système démocratique, on appelait un vote et qui ressemble de plus en plus à une carte blanche pour honorer la première condition.


Ce que vous entendez dans la vidéo, c'est un morceau du boisé du Tremblay emporté par les tronçonneuses et les déchiqueteuses, un de plus. Les enfants qui grandiront là se demanderont peut-être un jour pourquoi leur quartier s'appelle "Aux portes du boisé", "la paix de la nature", "le marais enchanté", et pourquoi ils habitent rue des hirondelles ou impasse des rainettes faux-grillons. Ce à quoi les parent répondront qu''ils n'ont qu'à taper "boisé" dans google. 

Coptide du Groenland, Coptis groenlandica, Gold-thread


Pour trouver la Savoyane, il faut se promener dans les forêts de conifères et ne pas négliger les détails, car elle n'attire pas l’œil malgré son abondance. La feuille, vert foncé et luisante, est divisée en 3 lobes. Pour s'assurer de son identité, il suffit de la déterrer et on trouve rapidement un rhizome jaune orangé qui lui vaut le nom vernaculaire de Racine jaune (Racine d'or serait plus valorisant). Il est anti-inflammatoire et se mâche en cas de mal de gorge ou d'aphte, entre autres.      
Related Posts with Thumbnails