Bourrache

Borago officinalis (Boraginacées) est aussi appelée Bourrache officinale, Pain-des-abeilles ou Langue-de-boeuf.
La bourrache est une plante annuelle à floraison estivale qui pousse spontanément dans les terrains vagues et les lieux ensoleillés de l’Europe centrale et méridionale. Cultivée au Québec, elle s’échappe à l’occasion des jardins. 
On utilise les parties aériennes, les graines et l'huile extraite des graines, qui sont adoucissantes, anti-inflammatoires, antitussives, dépuratives, expectorantes, sudorifiques et toniques.
Parmi les principes actifs de la bourrache, on trouve:
  • Des mucilages dans les parties aériennes.
  • Des alcaloïdes pyrrolizidiniques (lycopsamine, amabiline, supinine et thésinine, entre autres) dans les parties aériennes, qui peuvent être toxiques pour le foie.
  • Des acides gras polyinsaturés dans les graines (13 à 33 %) : acide linoléique (30 à 40 %), acide oléique (15 à 19 %) et acide gamma-linolénique (oméga-6 : 18 à 25 %).
Contre l’arthrite, le rhume, la grippe, la bronchite, la toux, la rougeole, la varicelle, la scarlatine, la fièvre et la dépression.
  • Huile de bourrache à raison de 1 à 3 g par jour.
  • Infusion de 2 g de parties aériennes dans 150 ml d’eau, 3 fois par jour.
  • Teinture à raison de 1 à 4 ml, 3 fois par jour.
Contre l'arthrite, l'eczéma, la parakératose séborrhéique infantile, le rhume, la grippe, la bronchite, la toux, la rougeole, la varicelle et la scarlatine.
  • Inhalation des vapeurs d’une infusion de 100 g de parties aériennes par litre d’eau.
  • Huile de bourrache appliquée 2 fois par jour.
Les parties aériennes de la bourrache contiennent des substances toxiques pour le foie. L'ingestion de bourrache doit être occasionnelle et se faire en petite quantité. Elle ne doit pas être utilisée en cas de problèmes hépatiques, de grossesse et pendant l'allaitement.



Un pas pour l'Homme...

...un bond pour l'Écureuil gris.

Ça sent...la fin de l'hiver.

À partir de la mi-février, les Mouffettes commencent à sortir de leur torpeur pour chercher de la nourriture. Celle-ci est à l'heure, voire en avance, à en juger par la couverture de neige.

Lavande

Lavandula angustifolia (Lamiacées) est aussi appelée Lavande officinale, Lavande à feuilles étroites, Lavande anglaise, Lavande de montagne, Lavande des Alpes ou Lavande fine. D'autres espèces ont des propriétés similaires: L. latifolia (Lavande aspic, Aspic, Grande Lavande, Lavande à larges feuilles, Lavande à feuilles larges, Lavande spic ou Spic), Lavandula X intermedia (Lavandin), L. stoechas (Lavande stéchas, Lavande à toupet ou Lavande stéchade) et L. viridis.
Le lavandin est un hybride naturel entre L. angustifolia et L. latifolia. Très riche en huile essentielle, c’est l’espèce la plus cultivée.
La lavande est un arbrisseau originaire des régions collinaires de l’ouest du bassin méditerranéen, mais elle est cultivée et naturalisée ailleurs, notamment en Australie et aux États-Unis. Certaines variétés, plus résistantes au froid, sont cultivées dans des régions plus septentrionales d’Europe et d’Amérique du Nord, par exemple au Québec.
On utilise les sommités florales fraîches ou séchées, qui sont analgésiques, antibiotiques, antifongiques, anti-inflammatoires, antiparasitaires,  antispasmodiques, anxiolytiques, carminatives, cholérétiques, hypotensives, sédatives, stomachiques et vulnéraires.
Parmi les principes actifs de la lavande, on trouve:
  • Une huile essentielle (1 à 3 % de la fleur), composées d’acétate de linalyle (25 à 46 %), de linalol (20 à 45%), d’ocimène (3 à 7 %), de terpinène-4-ol (1,2 à 6 %), d’acétate de lavendulyle (environ 1 %), de 1,8-cinéol (environ 2,5 %), de octanone-3 (environ 2,5 %), de camphre (de 1,2 à 8 %), de limonène (environ 1.0%) et d’α-terpinéol (environ 2 %).
  • Des dérivés de la coumarine : l’ombelliférone et la hiernarine.
  • Des tanins (13 % de la fleur).
  • Des stérols.
Contre les troubles digestifs (flatulences), l'anxiété, le stress, la nervosité, l'insomnie, la dépression, les maux de tête causés par la tension ou la digestion, les étourdissements, les troubles de la circulation veineuse, l'hypertension, la toux, la coqueluche, la bronchite, l'asthme, les maladies infectieuses, les refroidissements, la grippe, le coryza, la laryngite, la fièvre et la fatigue.
  • Infusion de 1 à 2 g de fleurs sèches dans 150 ml d’eau, jusqu'à 3 fois par jour au besoin; prendre au coucher contre l'insomnie.
  • Vin de lavande (1:33, 5 jours) à raison de 10 ml à jeun (vers intestinaux).
  • Teinture (1:5 éthanol à 30-50 %) à raison de 1 à 2 ml jusqu'à 3 fois par jour au besoin; prendre au coucher pour combattre l'insomnie.
  • Huile (1:10 à froid, 3x3 jours) à raison de 0,3 ml d'huile, 3 fois par jour.
  • Huile essentielle à raison de 1 à 4 gouttes sur un sucre ou à raison de20 à 80 mg diluée dans l’eau, par jour .
Contre les dermatoses et les blessures (pelade, ulcère, teigne, eczéma, plaie, brûlure), les maux de tête causés par la tension ou le digestion, l'insuffisance veineuse, les spasmes musculaires (crampe, contracture), les douleurs (rhumatismes, névralgies), les foulures, les entorses, le mal de gorge, ainsi que la paralysie ou les ulcérations de la langue.
  • Bain en ajoutant 1 à 3 g d’huile essentielle à l’eau ou une infusion de 60 g de fleurs dans 1 litre d’eau.
  • Compresse avec une décoction (1 minute) de 30 g par litre. On peut aussi utiliser l'huile de lavande ou la teinture.
  • Massage avec 10 ml d'huile végétale à laquelle on ajoute de 1 à 4 gouttes d'huile essentielle, au besoin jusqu’à trois fois par jour.
  • Inhalation des vapeurs d'un bol d'eau bouillante auquel on a ajouté de 2 à 4 gouttes d'huile essentielle, plusieurs fois par jour au besoin, ou au coucher pour combattre l'insomnie.
La lavande peut provoquer des allergies cutanées chez certaines personnes.



Persil

Petroselinum crispum (Apiacées) est aussi appelée Persil frisé (var. crispum), Persil tubéreux (var. tuberosum), Persil plat ou Persil de Naples (var. neapolitanum).
Le persil est une plante aromatique bisannuelle probablement originaire de l’ouest du bassin méditerranéen et cultivée sur tous les continents. Il en existe plus d’une soixantaine de variétés.
On utilise la racine, les feuilles et les graines, qui sont antigalactogènes, antispasmodiques, diurétiques, emménagogues et hypotensives.
Parmi les principes actifs du persil, on trouve :
  • Des flavonoïdes tels que l’apigénine et la lutéoline.
  • Des furanocoumarines parmi lesquelles le bergaptène (0,02 %), l’oxypeucédanine (0,01 %), l’impératorine, l’isopimpinelline et la xanthotoxine.
  • Une huile essentielle (2 à 7 % de la graine, 0,05 % de la feuille) à laquelle on attribue les principaux effets du persil. Elle est composée entre autres d’apiole (environ 18 % de l’huile essentielle) et de myristicine (jusqu’à 85 %.de l’huile essentielle dans la feuille, 20 à 40 % dans les graines).
Contre la goutte, l'asthme, la bronchite, la dyspepsie, les flatulences, la colique, les troubles de la miction (cystite, lithiase urinaire), l'hydropisie, les œdèmes, l'hypertension, la dysménorrhée, l'aménorrhée et l'anémie.
Pour prévenir la formation des calculs rénaux.
  • Graines à raison de 1 à 2 g par jour.
  • Infusion de2 à 4 g de feuilles ou de racine dans 150 ml d’eau, 3 fois par jour.
  • Extrait liquide (1:1 éthanol 25 %) à raison de 2 à 4 ml, 3 fois par jour.
Contre les piqûres d'insectes.
  • Cataplasme de feuilles fraîches broyées contre les piqûres.
Contre les douleurs musculaires, les foulures, les entorses et les contusions.
  • Cataplasme de feuilles cuites dans du vin, à appliquer toutes les 2 heures.
Contre le mal d'oreille et le mal de dent.
  • Compresse avec un coton imbibé de suc frais et placé dans l'oreille.
Contre les taches de rousseur.
  • Lotion avec une décoction (15 minutes) d'un gros bouquet de persil dans 500 ml d'eau.
Contre la chute des cheveux.
  • Friction du cuir chevelu avec des graines broyées pendant 3 soirs consécutifs.
Le persil est toxique pour le foie et les reins à forte dose (supérieure à 1 g par kilo de poids corporel pendant plusieurs jours). Pendant la grossesse et l'allaitement, il ne devrait pas être consommé à des doses qui excèdent celles utilisées dans l'alimentation. Il est contre-indiqué aux personnes atteintes d’une maladie rénale. On peut trouver du persil à l’état sauvage, mais il est plutôt rare et il faut faire attention de ne pas le confondre avec d’autres plantes toxiques de la même famille.



Sizerin flammé, Carduelis flammea, Common Redpoll (2)

Espèce circumpolaire, la visite des sizerins, dans le sud du Québec, est soumise à un cycle de deux ans, étroitement lié à la production de graines de conifères qui sont leur principale source de nourriture. Il existe deux espèces de sizerins; le sizerin flammé (Carduelis flammea) et le sizerin blanchâtre (Carduelis hornemanni). Chez les deux espèces, le mâle se caractérise par une coloration rose de la poitrine, plus marquée chez C. flammea. Chacune des deux espèces est divisée, en Amérique du Nord, en deux sous-espèces: Carduelis flammea flammea, Carduelis flammea rostrata, Carduelis hornemanni hornemanni et Carduelis hornemanni exilipes. Sachant que toutes ces espèces peuvent se croiser, l'identification peut parfois poser des problèmes.